L’AUTEUR : SRI CHINMOY2018-07-27T11:49:22+00:00

Né en 1931 dans le petit village de Shakpura, au Bengale oriental (aujourd’hui Bangladesh), Chinmoy Kumar Ghose est le dernier d’une famille de sept enfants. En 1944, après la mort de ses deux parents, le jeune Chinmoy, alors âgé de 12 ans, entre dans l’ashram de Sri Aurobindo, une communauté spirituelle du sud de l’Inde. Pendant 20 ans, il y pratique la discipline spirituelle, en consacrant de longues heures à la méditation, écrit de la prose aussi bien que de la poésie, compose des chants dévotionnels sans négliger pour autant d’excellentes aptitudes en athlétisme. C’est encore adolescent que le jeune Chinmoy vécut de nombreuses expériences profondes et atteignit des états de méditation très élevés.

En 1964, répondant à un appel intérieur, il partit s’établir à New York pour partager le fruit de son expérience spirituelle avec les chercheurs sincères de l’occident. Employé au Consulat Indien, c’est à la demande du Consul qu’il donna sa toute première conférence intitulée : « L’hindouisme, le voyage de l’âme de l’Inde. » Plus tard, il donna d’ailleurs ce titre à l’un de ses innombrables livres.

 C’est également la même année que parut le premier numéro du magazine AUM, contenant ses écrits spirituels, puis ses conférences.Pressé par le groupe de disciples qui s’était formé spontanément autour de lui et qui ne cessait de grandir, Sri Chinmoy quitta le Consulat en juin 1967 pour se consacrer entièrement à sa mission spirituelle. Il s’installa alors dans le quartier de Queens, à New York, où il  vécut jusqu’au 11 octobre 2007, date à laquelle il entra en Mahasamadhi, le processus spirituel par lequel les maîtres spirituels quittent leur corps.

Il voyagea régulièrement dans le monde entier pour offrir des concerts, des conférences et des méditations publiques, rencontrer ses élèves, et également s’entretenir de spiritualité avec des personnalités spirituelles, politiques, artistiques et sportives.

La France eut l’honneur de l’accueillir 18 fois entre 1970 et 2006 ; Sri Chinmoy donna 6 conférences et 11 Concerts de Paix gratuits, dont 2 au Zénith. Il offrit un concert privé à la Sorbonne. Il se rendit également à Lyon et à Montpellier. Plusieurs expositions de son art  eurent lieu à l’Unesco, au Carrousel du Louvre, mais également dans des galeries à Avignon, au Palais des Rois de Majorque à Perpignan et à Montpellier.

La vie de Sri Chinmoy fut l’expression d’une créativité intarissable dans un domaine immense qui recouvre la musique, la poésie, la peinture, aussi bien que la littérature et le sport. Ces contributions dans chacune de ces matières sont extrêmement poussées et tout à fait étonnantes. Il inspira plusieurs projets qui ne cessent de se développer, comme les méditations publiques aux Nations Unies, les concerts de musique spirituelle, les courses et activités sportives sous la direction du Sri Chinmoy Marathon Team, la Peace Run, un relais de course à pied qui parcourt le monde entier avec la flamme de l’harmonie, une organisation humanitaire, des créations de Sites de Paix,  des plantations d’arbres, et bien d’autres encore.

Sri Chinmoy considère l’aspiration — cette incessante imploration vers des réalités plus élevées et plus profondes — comme la force spirituelle qui anime tous les grands progrès de la religion, de la culture, de la science et des sports. En vivant dans le cœur et en aspirant vers un dépassement de soi continu, l’homme peut faire venir en avant le meilleur de lui-même et trouver son chemin vers une réelle satisfaction. Voici ce qu’il dit :

 » Notre but est d’aller de la clarté à plus de clarté, à la plus grande clarté ; de la hauteur à plus de hauteur, à la hauteur la plus élevée. Et là même, notre progrès n’a pas de fin, car Dieu Lui-Même est à l’intérieur de chacun d’entre nous et Dieu transcende à chaque instant Sa propre Réalité. «